Home
 
Message du President du Conceil d'administration

Le CIFOR en un coup d’œil

Une vision plus large des forêts
Entretien avec le Directeur général
Les forêts en tant que ressources mondiales
Recherche sur des questions forestières nationales et régionales
De la pauvreté au pouvoir : améliorer les conditions de vie et l’administration locale
Vision d’ensemble : l’aménagement forestier intégré et durable
De nouvelles techniques mises à l’épreuve : la Forêt de recherche de Bulungan à Bornéo
Le peuple de la forêt : les Punan du fleuve Malinau
Partage de la connaissance et recherche d’un impact
Donateurs
Etats financiers
Conseil d’administration et personnel
Publications et partenaires
 

Le peuple de la forêt : les Punan du fleuve Malinau

 

line-brown.gif (799 bytes)

 

Depuis des siècles, les Punan ont vécu dans les forêts de Bornéo. Autrefois nomades chasseurs-cueilleurs, ils vivent maintenant dans des villages et cultivent une partie de leurs aliments. Mais la chasse, la pêche et la cueillette de produits de la forêt continuent d’être leurs principales activités journalières.

Depuis 2000, Christophe Kuhn, photographe français, a visité la région de Metut, dans l’angle nord-est du Kalimantan oriental (Indonésie), où les Punan vivent sur le pourtour et à l’intérieur de la Forêt de recherche de Bulungan. Pendant plusieurs semaines, Kuhn a suivi les Punan dans leurs activités habituelles, et photographié des scènes de leur vie quotidienne.

Certains villages Punan sont situés dans des zones écartées, mais les Punan ne sont pas isolés. Ils ont de longue date des relations avec des commerçants et autres étrangers. Dans les dernières décennies, des programmes étatiques leur ont permis un meilleur accès aux services d’éducation et de santé. La télévision et les biens de consommation sont également de plus en plus disponibles.

Les Punan connaissent bien la forêt et, lorsque c’est nécessaire, savent en exploiter les ressources pour survivre. Mais, confrontés à des conditions de vie souvent rudes, de nombreux Punan émigrent vers la Malaisie voisine pour travailler dans les plantations de palmiers à huile ou sur les chantiers forestiers. Avec l'arrivée d'entreprises commerciales sans cesse plus nombreuses, certaines communautés locales ont vendu ou envisagé de vendre leurs terres.

Avec toutes ces pressions, les Punan et autres groupes autochtones de la région voient leur habitat forestier se rétrécir rapidement, menaçant leur mode de vie. Les Punan ont démontré leur faculté d’adaptation. Mais une question préoccupante, qui n’a pas encore reçu de réponse, est de savoir s’ils tireront bénéfice de la vague du développement ou s’ils se trouveront coupés de ressources de la forêt vitales pour eux.

 

Top

line-brown.gif (799 bytes)

 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13