Last updated April 2010 
 
Imprimmer | Sitemap

Cameroun

L'approche MLA a été appliquée à une évaluation du paysage de Nkolbibanda, un village situé à 50km au Sud-ouest de Yaoundé et juste au nord d'une petite réserve forestière (2950ha). La zone de recherche fait partie de la forêt dense humide semi-caducifoliée Guinéo-Congolaise. Le paysage est une mosaïque de zones sévèrement dégradées ainsi que des zones de forêts plus intactes, sur une topographie de basses et moyennes collines avec des petites vallées souvent marécageuses. Toute la zone a été exploitée sélectivement depuis les années 50.

Les habitants de Nkolbibanda font partie du groupe ethnique Ewondo. Ils dépendent principalement de l'agriculture itinérante pour leur subsistance et revenus, collectent une grande variété de produits forestiers (bois, cueillette) et pratiquent la chasse par piégeage. Le cacao est traditionnellement la culture de plantation la plus importante mais le palmier à huile gagne en popularité.

Lorsque le gouvernement colonial français établit la Réserve Forestière d'Ottotomo en 1930, les territoires traditionnels ne furent pas pris en compte et certains villages, dont Nkolbibanda, perdirent une partie de leurs terres. La population s'accroissant, les gens perçoivent une pénurie grandissante en terres et les conflits entre les communautés locales et la gestion de la réserve deviennent de plus en plus fréquents. Depuis 2001, le CIFOR travaille dans la zone à l'amélioration des relations entre les communautés, les ONGs locales et l'autorité forestière.

Cette étude de cas utilisant l'approche MLA permet de mieux comprendre les besoins et priorités environnementaux des communautés vivant près de la réserve. Nous espérons que cette étude servira de base pour un meilleur dialogue entre les autorités et les communautés, qui aura une influence sur les décisions futures concernant la gestion de la réserve et de ses environs.

L'étude eut lieu en août et septembre 2003.

map_cameroon.gif (35458 bytes)