Exportations de bois du Cameroun vers le Tchad: un succès commercial mais une légalité défaillante

Exportations de bois du Cameroun vers le Tchad: un succès commercial mais une légalité défaillante

L’importance et les moyens mis en œuvre pour importer des sciages au Tchad en provenance du Cameroun sont peu documentés. Deux enquêtes ont été réalisées pour dresser le diagnostic actuel de cette filière. D’une part, un suivi des flux de sciages a été assuré à N’Djamena et à Moundou de juillet à décembre 2015. D’autre part, des entretiens ont été conduits avec 16 personnes pour caractériser les processus suivis pour importer et dédouaner le bois provenant du Cameroun. Selon nos enquêtes, le volume de sciages arrivant au Tchad à partir du Cameroun s’établit à 79 000 m3 sur la période d’enquête, soit probablement environ 210 000 m3 par an. C’est plus qu’un doublement de l’activité par rapport aux estimations réalisées en 2009. Presque la totalité des sciages importés au Tchad est constituée de « bois blancs » et ils sont produits avec des moyens artisanaux. Seulement 25% de ce volume est enregistré par les douanes tchadiennes. Les procédures officielles d’importation sont longues et coûteuses au Tchad. Les acteurs de la filière ont donc mis en place une « filière courte » de dédouanement du bois, qui se caractérise par une sous-déclaration des volumes importés et le versement de pots-de-vin. Cette pratique engendre un manque à gagner fiscal d’environ 3 milliards de FCFA pour l’État tchadien, mais elle procure des bénéfices importants aux officiers des douanes, aux transitaires, aux commerçants et aux consommateurs finaux de sciages. Plusieurs mesures sont envisageables pour modifier ces pratiques informelles. Côté demande, au Tchad, le changement de statut fiscal des produits bois, la sanction au moins ponctuelle de certains fraudeurs, et l’instauration de primes liées à l’application de la loi par les contrôleurs pourraient être combinés pour faciliter la légalisation de ce commerce. Côté offre, au Cameroun, l’enjeu majeur est de mieux réguler les pratiques d’exploitation et de commerce du bois dans les forêts communautaires.

Authors: Lescuyer, G.; Tal, M.

Topic: Sawnwood, customary law, corruption, community forestry, trade, timber trade

Geographic: Cameroon,Chad

Publication Year: 2016

ISSN: 0006-579X

Source: Bois et Forêts des Tropiques (329): 67-77


Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Download Option:

Export Citation

Related viewing

Top