Le commerce transfrontalier du charbon de bois dans certains pays d’Afrique orientale, centrale et australe : appel à un dialogue régional

Export citation

Principaux enseignements

  • Le commerce transfrontalier de bois-énergie augmente dans certains pays d’Afrique et mine les efforts déployés aux échelons national et infranational pour gérer durablement les ressources.
  • Les interdictions et les restrictions nationales qui visent les exportations, corrélées aux importations légales, contribuent au déplacement des bassins d’approvisionnement vers les pays limitrophes et au-delà.
  • Un volume significatif de bois-énergie fait l’objet d’un commerce illégal ou informel, par des voies non connues et non réglementées, ce qui entraîne des pertes gigantesques de recettes fiscales.
  • Pour éviter une plus forte marginalisation des femmes et d’autres groupes vulnérables qui risquent d’être exploités, les efforts pour améliorer la conformité doivent se concentrer sur des solutions qui discriminent les grands commerçants des petits.
  • Les principales parties prenantes des pays limitrophes, tant pouvoirs publics que non étatiques, doivent activement développer des stratégies encourageant la production et le commerce de bois-énergie durable qui font écho aux stratégies nationales et régionales de gestion des ressources naturelles. La réussite de ces échanges commerciaux dépend de l’adoption de mécanismes institutionnels et réglementaires pérennes et harmonisés à l’échelle de la région et du continent.

Download:

Related publications

Get the CIFOR-ICRAF latest news