Le marché domestique du sciage artisanal au Cameroun: État des lieux, opportunités et défis

Export citation

Le Cameroun a adopté une nouvelle loi des forêt en 1994 qui mettait l'accent sur le secteur forestier industriel, à grande échelle, et orienté vers l'exportation, tout en négligeant le bois produit avec des opérations d'échelle plus petite, pour le marché intérieur. Ce bois n'est pas enregistrée dans les statistiques officielles et il est principalement produit sans titre valide d'exploitation. Pendant que le Cameroun se prépare à mettre en oeuvre l'Accord de Partenariat Volontaire (APV) récemment signé avec la Commission Européenne, en promettant la légalité de toute la production nationale de bois, ce document présente une évaluation quantitative et qualitative de son marché intérieur du bois. Nous avons constaté que si le volume de bois commercialisé à l'intérieur du pays est ajouté aux statistiques nationales, la production nationale totale est d'environ 4,3 millions de mètres cubes paran, cést-à-dire presque le double de l'estimation officielle de production de bois au Cameroun. Nous avons également constaté que le commerce du bois domestique est une activité rentable pour des milliers de Camerounais. Son caractère informel, cependant, contribue au maintien d'un vaste réseau de paiements exigés par les agents de l'administration pour blanchir le bois vendu sur les marchés locaux, et estimé à environ 6 milliards de FCFA par an. Nous concluons en suggérant des options techniques qui pourraient améliorer le fonctionnement du marché. Celles-ci risquent pourtant d'être d'une faible efficacité si elles ne sont pas accompagnées d'actions claires de lutte contre la corruption pratiquée à large échelle au sein de cette filière
Download:

DOI:
https://doi.org/10.17528/cifor/003361
Altmetric score:
Dimensions Citation Count:

Get the CIFOR latest news