Contexte du projet | FORETS

Contexte du projet

Le travail et la recherche pour le développement menés par le projet FORETS « FOrmation, Recherche, Environnement dans la TShopo » offrent aux décideurs politiques, aux bailleurs de fonds et aux communautés des opportunités pour mieux comprendre la contribution des forêts à l’économie, la santé et le bien-être des communautés locales, et à la biodiversité régionale.

Le projet, financé avec les ressources du XIe Fonds européen de développement, vise à faire une contribution importante au développement intégré de la Réserve de biosphère de Yangambi en République démocratique du Congo. Ses objectifs spécifiques sont la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité et des services écosystémiques, ainsi que le développement économique local dans la région. Les activités se déroulent à Yangambi et Kisangani dans la province de la Tshopo. Ils répondent à la nécessité de soutenir et sensibiliser les communautés, mais aussi de renforcer les capacités et les ressources humaines locaux à travers de programmes de formation universitaires formels, y compris des programmes de Master et de Doctorat.

Le projet comprend des opportunités de développement socio-économique dans une zone d’environ 400 000 hectares avec des impacts directs et indirects sur une population d’environ un million de personnes dans les zones urbaines et rurales. Le Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR) met en œuvre le projet avec l’aide de partenaires locaux et internationaux.

La Réserve de biosphère de Yangambi est située dans le nord de la République démocratique du Congo, le long du fleuve Congo, dans l’une des plus grandes étendues de forêt tropicale du monde

FORMER DES CHERCHEURS EN GESTION DURABLE

Le projet FORETS avec l’Université de Kisangani, situé à 90 kilomètres à l’est de Yangambi, et l’INERA visent à rapprocher les chercheurs et les populations locales et à promouvoir le développement de la réserve de Yangambi et de ses environs. La formation est fournie dans la gestion des terres et des ressources naturelles, la création et la gestion de plantations, et la recherche appliquée et ciblée dans une ville qui était à l’époque la plus grande station de recherche agricole tropicale au monde. Cette station a progressivement perdu de son importance au cours des dernières décennies, mais le CIFOR et ses partenaires travaillent ensemble pour soutenir et relancer la recherche et le développement qui s’y déroulent. Étant donné que la RDC compte peu de scientifiques titulaires d’un diplôme d’études supérieures, le CIFOR continuera à soutenir les étudiants Master et les doctorants congolais, à renforcer la recherche à l’université et à fournir les outils de développement et d’infrastructure qui manquent.

CONTRIBUTIONS DU PROJET AU DÉVELOPPEMENT LOCAL

A travers le développement, la formation professionnelle, la recherche et la sensibilisation, ainsi qu’un solide réseau de partenaires locaux et internationaux, le projet FORETS contribuera au développement socio-économique local. Il permettra également de promouvoir et de protéger la biodiversité de la réserve de biosphère de Yangambi, de former des chercheurs et renfocer es capacités d’autres parties prenantes concernées au niveau local pour une utilisation plus efficace des terres et la gestion des ressources naturelles. Pour ce faire, le projet aura trois domaines cibles :

  1. Contribution à la protection et à la gestion durable de la réserve de biosphère de Yangambi : Afin de maintenir ou de valoriser la biodiversité exceptionnelle de Yangambi, des travaux seront menés avec les communautés locales pour :
  • Quantifier les ressources existantes et analyser l’utilisation des terres, les conditions économiques et l’organisation de l’aménagement du territoire ;
  • Les sensibiliser sur la conservation et la gestion de la réserve de biosphère ; Deuxièmement, pour assurer le maintien des services écosystémiques de la réserve et de ses environs et pour que les communautés locales bénéficient davantage des actions de conservation, le projet contribuera à :
  • Développer des plans participatifs pour mieux bénéficier des services écosystémiques ;
  • Restaurer et développer les infrastructures de recherche locales dans la zone autour de la réserve.
  1. Promouvoir la contribution de l’agriculture, des forêts et des services écosystémiques au développement des populations riveraines de la réserve : Pour améliorer les moyens de subsistance des populations en les aidant à augmenter la valeur des biens qu’elles produisent, les activités suivantes seront menées :
  • Identification des besoins et communication des données et résultats de la recherche aux entrepreneurs et gestionnaires locaux ;
  • Évaluation des chaînes de valeur et pratiques agricoles, agroforestières et forestières et contribution aux plans de développement local ;
  • Analyse de la faisabilité et des impacts des plantations forestières pour des utilisations multiples, y compris la production d’énergie locale.
  1. Réduire la déforestation et augmenter le stockage du carbone grâce à la protection, la restauration et la gestion des ressources naturelles. Afin de contribuer à la gestion à long terme du paysage, qui englobe la réserve et ses environs, et de renforcer les capacités des experts locaux, le projet FORETS vise à :
  • Créer un programme de recherche appliquée pour la gestion durable des forêts, y compris les ressources les plus exploitées, telles que le bois et le gibier. Pour promouvoir le développement des compétences et des capacités pour la gestion durable des forêts et la biodiversité, nous allons :
  • Accompagner les étudiants Master et les doctorants et former les personnes impliquées dans le projet.

 

Ce projet, financé par l’Union européenne, est coordonné par le CIFOR dans le cadre du Programme de recherche du CGIAR sur les forêts, les arbres et l’agroforesterie (FTA).

Top