Adaptation et atténuation : les liens - Climate Change and Forests in the Congo Basin (COBAM)

Adaptation et atténuation : les liens

Quels sont les liens entre l’adaptation des forêts et l’atténuation ?
Les projets forestiers d’atténuation (par exemple les projets REDD+) peuvent potentiellement faciliter l’adaptation des forêts au changement climatique, en réduisant les pressions anthropiques sur les forêts, en augmentant la connectivité entre forêts et en conservant des sites riches en biodiversité. Cependant, les gestionnaires de projets d’atténuation vont surement devoir incorporer de nouvelles mesures pour l’adaptation des forêts pour réduire les impacts du changement climatique sur ces forêts, car de tels impacts peuvent mettre en danger la permanence du stockage de carbone.

Comment un projet d’atténuation peut-il influencer l’adaptation des populations ?
Les projets forestiers d’atténuation peuvent avoir des impacts positifs sur les populations locales et leur capacité adaptative. Ils peuvent accroitre la fourniture de services écosystémiques aux communautés locales, diversifier leurs revenus et leurs activités économiques, développer des infrastructures ou des services sociaux, et renforcer les institutions locales (Caplow et al. 2010). Mais les impacts peuvent aussi être négatifs. Par exemple, des inquiétudes ont surgi quant à la possibilité que des projets REDD+ réduisent les droits et l’accès des populations locales à la terre et aux ressources forestières ou augmentent la dépendance des populations à des financements externes incertains.

Comment un projet d’adaptation peut-il agir sur l’atténuation ?
Les projets d’adaptation peuvent affecter directement les écosystèmes et leurs stocks de carbone, donc agir sur l’atténuation. Les projets d’adaptation basée sur les écosystèmes peuvent avoir des bénéfices sur l’atténuation, en augmentant ou conservant les stocks de carbone. Les synergies entre services écosystémiques expliquent les impacts des projets d’adaptation sur l’atténuation. Par exemple, les mangroves contribuent à la fois à protéger les zones côtières et à stocker du carbone. Cependant, il peut y avoir des compromis entre le carbone et les services écosystémiques pertinents pour un projet d’adaptation. Par exemple, les priorités spatiales pour la conservation des services écosystémiques hydrologiques et pour le carbone peuvent différer.

En plus des impacts directs des projets d’adaptation, d’autres impacts indirects peuvent être envisagés, si un projet d’adaptation évite le déplacement d’activités et la déforestation associée, par exemple si un projet d’adaptation agricole soutient la productivité agricole et réduit la conversion de forêt par l’expansion agricole.

Télécharger le document de contexte

Référence


Top