Thinking beyond the canopy

Le français suit

To protect Congo’s forests, CIFOR educating next generation of Congo’s forest researchers

The Democratic Republic of Congo (DRC) is at once rich in natural resources and one of the poorest countries in the world. Now, as the DRC transitions out of instability and civil war, the Center for International Forestry Research (CIFOR) and several partners, supported by the European Commission, are helping the country to rebuild its capacity to benefit from its valuable forest resources in a sustainable and equitable manner.

In 2005, a survey by CIFOR and the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) revealed that there were fewer than 10 forest researchers in the whole of the DRC, the number having plummeted during the country's wars in 1996-2003. It was clear that if the country was to pull itself out of poverty using its own resources, the forestry sector would have to be strengthened substantially.

Against this background, two projects (REAFOR 2007-2010, REFORCO 2009-2013) funded by the European Commission (ca. €7.2 million) and implemented by CIFOR and partners, sought to rebuild forest research capacity in the DRC. The University of Kisangani (UNIKIS) — currently the only institution in the country with forestry expertise — is a key partner, while a number of African and European universities and research centers have assisted by providing lectures or supervising students. These efforts have produced 74 MSc graduates and 33 PhD students (8 defended).

A new program, FCCC — Forest and Climate Change in the Congo (€11.5 million) — will ensure the continuation of these efforts by training an additional 40 MSc. and 10 PhD Congolese forestry students over the next three and a half years (through 2016). The project will expand training to include undergraduate students (70 BSc.) at UNIKIS, and at the universities of Butembo, Goma and Bukavu in eastern DRC, focusing on issues of climate change, sustainable forest management, the bushmeat and charcoal trade, and forest governance.

FCCC will also support the sustainable management of the spectacularly biodiverse Virunga National Park (ViNP) landscape in North Kivu Province, where mountain and lowland gorillas are threatened. CIFOR will work with several partners to plant 3,000 hectares of forests outside the park in a bid to reduce subsistence and agricultural pressures on the forests in the ViNP. Tree-planting will be developed with local farmers in collaboration with WWF.

In addition, 5,000 hectares of degraded lands will be restored inside the ViNP with the African Conservation Fund/Institut Congolais pour la Conservation de la Nature. The World Agroforestry Centre (ICRAF) will support research into how existing agroforestry systems could be intensified and improved, and how market access could be improved for local farmers. Additional research will be coordinated by CIFOR on such issues as access to carbon finance, improving rural livelihoods and forest governance. Resources and synergies development will ensure the efficient and effective coordination of the FCCC project in DRC.

After years of conflict in DRC, UNIKIS emerged with almost no capacity and limited partnerships with the outside world. Now there are active and formal partnerships with several universities (Gent, Liège, Louvain/Leuwen, Cambridge, McGill), advanced research institutes (CIFOR, CIRAD, ICRAF, Tropenbos International) as well as projects funded by the European Union, Belgium Technical Cooperation (CTB, VLIR), GIZ, African Development Bank, GEF, among others.

For more information on this topic, please contact Robert Nasi at r.nasi@cgiar.org and Andrew Wardell at a.wardell@cgiar.org

ADDITIONAL RESOURCES


Pour protéger les forêts du Congo, le CIFOR forme la prochaine génération de chercheurs spécialisés dans les forêts

La République démocratique du Congo (RDC) est à la fois riche en ressources naturelles et un des pays les plus pauvres au monde. Aujourd’hui, alors que la RDC sort d’une période d’instabilité et de guerre civile, le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) et plusieurs autres partenaires appuyés par la Commission européenne, aident le pays à reconstruire ses capacités afin de profiter de manière équitable et durable de ses précieuses ressources forestières.

En 2005, une étude du CIFOR et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a révélé que dans l’ensemble de la RDC, il y avait moins de 10 chercheurs spécialisés dans les forêts, ce chiffre ayant considérablement baissé pendant la période de guerre qu’a connue le pays de 1996 à 2003. Il en ressortait clairement que si le pays souhaitait s’affranchir de la pauvreté en utilisant ses propres ressources, le secteur forestier devrait être considérablement renforcé.

Dans ce contexte, deux projets (REAFOR 2007-2010, REFORCO 2009-2013) financés par la Commission européenne et mis en œuvre par le CIFOR et ses partenaires, avaient pour objectif de reconstruire les capacités de recherche forestière en RDC. L’Université de Kisangani (UNIKIS) – actuellement la seule institution du pays ayant des compétences forestières – est un partenaire clé et un certain nombre d’universités et de centres de recherche africains et européens ont apporté leur aide sous forme de conférences ou en supervisant les étudiants. Ces efforts ont permis de produire 75 étudiants en maîtrise et 33 étudiants en doctorat (huit ont défendu leur thèse).

Un nouveau programme FCCC – Forêts et changement climatique au Congo (11,5 millions d’euros) – permettra la poursuite de ces efforts en formant dans les trois ans et demi à venir (jusqu’en 2016), 40 étudiants en maîtrise et 10 en étudiants en doctorat dans le secteur de la foresterie Congolaise. Le projet va élargir la formation pour inclure les étudiants du premier cycle (70 en licence) à UNIKIS et dans les universités de Butembo, Goma et Bukavu à l’est de la RDC, en se concentrant sur les questions du changement climatique, de la gestion durable de la forêt, du commerce de gibier et du charbon et de la gouvernance forestière.

Le FCCC soutiendra également la gestion durable du paysage d’une biodiversité exceptionnelle du parc national des Virunga (ViNP) dans la province du Nord Kivu, où les gorilles de montagne et de plaine sont menacés. Le CIFOR travaillera avec divers partenaires pour planter 3000 hectares de forêts à l’extérieur du parc pour réduire les pressions agricoles et de subsistance sur les forêts dans le ViNP. La plantation d’arbres se fera avec les exploitants locaux en collaboration avec WWF.

En outre, 5000 hectares de terres dégradées seront remis en état à l’intérieur du ViPN avec le Fonds africain de conservation/l’institut Congolais pour la conservation de la nature. Le Centre international pour la recherche en agroforesterie (ICRAF) soutiendra la recherche sur l’intensification et l’amélioration des systèmes agroforestiers existants et l’amélioration de l’accès au marché des exploitants agricoles locaux. Le CIFOR coordonnera d’autres recherches sur des questions comme l’accès au financement carbone, l’amélioration des moyens de subsistances ruraux et la gouvernance forestière. Le développement des ressources et des synergies permettra une coordination efficace et efficiente du projet FCCC en RDC.

Après des années de conflits en RDC, UNIKIS a vu le jour presque sans aucune capacité et avec des partenariats limités avec le monde extérieur. Aujourd’hui, elle a conclu des partenariats actifs et formels avec plusieurs universités (Gand, Liège, Louvain/Leuwen, Cambridge, McGill), des instituts de recherche avancée (CIFOR, CIRAD, ICRAF, Tropenbos International) et a des projets financés entre autres par l’Union européenne, la Coopération technique belge (CTB, VLIR), le GIZ, la Banque africaine de développement, le GEF.

Pour de plus amples informations sur ce sujet veuillez contacter Robert Nasi à l’adresse r.nasi@cgiar.org et Andrew Wardell à l’adresse a.wardell@cgiar.org

RESSOURCES COMPLEMENTAIRES